Je détoxifie aussi ma maison !


Illustration de Mademoiselle Ève

Illustration de Mademoiselle Ève

La pollution de l’air à l’intérieur de nos logis est de 9 à 10 fois supérieure à la pollution extérieure ! Or, nous passons près de 90 % de notre temps dans des lieux fermés, qu’il s’agisse de nos bureaux, des commerces, des transports… et surtout de notre maison. De nombreux pièges y sont cachés : substances chimiques, matériaux toxiques, fumée, acariens, ondes électromagnétiques… Au lieu de fuir au fond des bois, sachez qu’il existe des solutions permettant d’y remédier ! Petit tour d’horizon avant un retour aux sources bien mérité…

 

Étape 1 : Je fuis la fumée du tabac

Situation : C’est le principal polluant intérieur, avec des conséquences néfastes bien connues pour le fumeur comme pour ses proches (et en particulier les enfants). Fumer en ouvrant les fenêtres est une solution illusoire, la nicotine imprégnant tous les éléments de la pièce (tapis, rideaux, murs…). Des particules cancérogènes, les nitrosamines, seront ensuite émises en continu par ceux-ci, parfois pendant des semaines !

Solution : Parce qu’il n’est pas si facile de s’arrêter de fumer, mieux vaut aller en griller une à l’extérieur !

 

Étape 2 : Je choisis mes produits d’entretien et mes plantes détox

Illustration de Mademoiselle Ève

Illustration de Mademoiselle Ève

Situation : Les COV (ou Composés Organiques Volatils) sont de plus en plus nombreux et concentrés dans nos lieux de vie : on en dénombre une moyenne de 500 par habitation ! Les pathologies qu’ils peuvent entraîner sont variées : des simples maux de tête récurrents aux dysfonctionnements neurologiques, hormonaux ou immunitaires. Quant au formaldéhyde, c’est le polluant chimique dont le taux est le plus élevé dans les espaces clos. L’un comme l’autre sont présents dans les matériaux de construction, le mobilier, les objets usuels, les produits d’entretien, et même dans certains cosmétiques.

Solution : Il existe heureusement des moyens pour limiter leurs impacts sur notre santé. Vous réduirez les polluants en choisissant vos produits d’entretien, de décoration ou d’hygiène écolabellisés. Plus simplement, vous ouvrirez régulièrement les fenêtres (au moins 2 fois 20 minutes par jour) en créant un véritable courant d’air, et disposerez dans toutes les pièces des plantes protectrices.

 

Les plantes détox sont mes amies !
Illustration de Mademoiselle Ève

Illustration de Mademoiselle Ève

Quelques plantes ont aujourd’hui fait leur preuve pour dépolluer nos intérieurs : on estime qu’il en faut une pour 10 m2 pour une efficacité optimum (soit une par pièce). Le lierre, le gerbera, le ficus ou le palmier nain sont efficaces contre le formaldéhyde ; le chlorophytum, le dracaena ou le pothos (arum grimpant) sont très utiles contre le toluène et le monoxyde de carbone (dans les pièces avec une cuisinière ou un chauffe-eau, ou avec de la moquette ou des tapis) ; le cactus colonnaire agit contre les ondes électromagnétiques, on le posera donc à proximité des ordinateurs, téléviseurs ou téléphones.

Étape 3 : Je ventile ma maison !

Illustration de Mademoiselle Ève

Illustration de Mademoiselle Ève

Situation : Les ions positifs (mais néfastes pour la santé) sont issus des écrans de télévision ou d’ordinateur, des photocopieurs, des moquettes, des tissus synthétiques, sans parler du chauffage central et de la climatisation. Leur présence entraîne une diminution dans l’air des ions négatifs, ce qui favorise l’apparition de nombreux symptômes : fatigue nerveuse, stress, irritabilité, insomnie, mais aussi asthme et allergies. De quoi être encore plus anxieux !

Solution : Une ventilation quotidienne permet de les limiter ! Mais il peut être nécessaire, pour les personnes sensibles, d’acquérir une lampe de sel, ou mieux, un ionisateur d’air (lesquels apportent des ions négatifs, surnommés également les « vitamines de l’air »).

 

Étape 4 : Je nettoie tous les recoins de mon intérieur !

Illustration de Mademoiselle Ève

Illustration de Mademoiselle Ève

Situation : Les acariens font partie de ce que l’on appelle les « contaminants biologiques », tout comme les poils des animaux et les micro-organismes (telles les moisissures). Ils peuvent engendrer des pathologies respiratoires et/ou aggraver des allergies.

Solution : Entretenez bien votre maison, notez en particulier que certains aspirateurs sont munis d’un filtre répondant à la norme HEPA (Haute Efficacité pour les Particules Aériennes) qui débarrasse l’air à 95 % des particules de un micron, ainsi que des acariens et des pollens. Déchaussez-vous avant d’entrer chez vous, et pensez à exposer régulièrement votre literie au soleil, qui a un rôle assainissant et désinfectant.

 

Étape 5 : Je limite le rayonnement des ondes électromagnétiques !

Situation : Les champs électromagnétiques n’ont pas fini de faire parler d’eux. Les appareils électroménagers, les réseaux de distribution électrique, les ampoules basse consommation, les équipements informatiques, sans oublier bien sûr les lignes électriques haute tension ou les antennes-relais en émettent tous à l’intérieur de nos maisons. Avec des effets plus ou moins discutés sur notre santé, notre système nerveux central en particulier.

Solution : Il n’existe pas de protection contre les champs magnétiques qui traversent allègrement toutes les matières. En revanche, pour limiter les champs électriques, vous pouvez installer chez vous un Biorupteur, un appareil mettant tout le circuit électrique hors tension. Dans tous les cas, ne dormez pas derrière une cloison contre laquelle sont disposés une télévision, une chaîne hi-fi, un réfrigérateur ou un ordinateur, certains appareils pouvant irradier sur plus de 15 mètres. Les chambres requièrent une attention particulière, car nous sommes 400 fois plus vulnérables à l’environnement électromagnétique allongé et endormi, que debout et actif. Pensez, lorsque vous allez vous coucher, à désactiver votre système Wi-Fi !

 

Illustration de Mademoiselle Ève

Illustration de Mademoiselle Ève

Extrait du livre
Mon cahier Détox
Odile Chabrillac (auteur) Retrouvez Odile Chabrillac sur son blog, Facebook et Instagram
Mademoiselle Ève (illustrations intérieures) Retrouvez Mademoiselle Ève sur son blog, sur Facebook et sur Instagram
Isabelle Maroger (illustration couverture) Retrouvez Isabelle Maroger sur son blog et sur Instagram

 

Vous aimerez aussi

500
Est-ce que je m’entraîne efficacement ?
July 10, 2018
Un rêve éveillé : la visualisation pour être zen
July 06, 2018
500
Mes astuces anti-grignotage
July 03, 2018
500
6 raisons d’alléger mon espace
June 28, 2018
500
Je prends soin de mes cheveux
June 26, 2018
500
La lithothérapie, comment ça marche ?
June 21, 2018
500
Je fais peau neuve
June 19, 2018
500
Je me lève tous les jours du bon pied
June 14, 2018
500
Les bons réflexes au quotidien : petits challenges pilates
June 12, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.