Je me motive !


Le running, devenu très à la mode, présente de nombreux atouts : simple à pratiquer, compatible avec un emploi du temps surchargé et la vie citadine, il est peu coûteux et permet de mincir rapidement ! Le running améliore aussi la santé : il entretient la condition physique, il réduit le risque de développer certaines maladies et il dope le moral… Mais pas toujours facile de s’y mettre ! Manque de temps, il pleut, il fait froid, il y a trop de vent… On en trouve des excuses pour ne pas aller courir, surtout en période hivernale ! Voici quelques solutions pour les contrer et continuer malgré tout à chausser vos baskets !

Illustration de Sophie Ruffieux

Illustration de Sophie Ruffieux

Il pleut !

Illustration de Sophie Ruffieux

Illustration de Sophie Ruffieux

La pluie n’est en aucun cas une entrave à la course. D’ailleurs, aucun marathon ou match de foot n’est annulé pour cause de pluie ! Et puis, rien de tel que de sortir braver l’averse… On revient de son footing revigorée, avec des joues dix fois plus roses qu’avant, prête à escalader le mont Everest ! Bien sûr, habillez-vous en conséquence pour apprécier la course : vêtements imperméables, coupe-vent à capuche et chaussures respirantes.

 

Je n’ai pas le temps !

Yes, you can ! Comment fait le président Obama pour aller courir tous les jours ? Certes, il est exempt des corvées ménagères, mais il multiplie les réunions et les voyages à l’étranger, sans pour autant déroger à la règle qu’il s’est fixée : un petit footing quotidien. Alors, levez-vous plus tôt pour aller courir, faites du running durant votre pause déjeuner ou revenez de votre travail en courant… La course à pied est le sport qui prend le moins de temps !

 

Illustration de Sophie Ruffieux

Illustration de Sophie Ruffieux

Je suis fatiguée !

Vie trépidante, boulot prenant, enfants à gérer, amoureux à contenter… La vie d’une femme n’est pas une sinécure, et la fatigue en fait partie ! Cela n’est pas une raison pour renoncer à sa séance de footing car, justement, le fait d’aller courir redonne de l’énergie : vous ne vous en sentirez que mieux ensuite.

 

Je fais tout pour que mon boy-friend m’accompagne !

Illustration de Sophie Ruffieux

Illustration de Sophie Ruffieux

Si votre compagnon est très sportif et si 10 km de course ne l’effraient pas, faites-lui porter en sus un gilet lesté de 5 à 10 kilos, accrochez-lui des poids aux chevilles (si, si, ça existe !) ou tentez ensemble le run & bike…

Si, au contraire, c’est un paresseux, faites-lui miroiter un dîner aux chandelles, une séance de ciné ensuite, un corps de rêve pour lui aussi, un bon pour un massage…

Si je tentais le run & bike ?

Pendant que l’un court, l’autre roule à vélo, et quand l’un des deux en a assez, tous deux changent de rôle ! Le vélo traumatise moins le corps car c’est un sport « porté », tout en développant quand même les muscles des membres inférieurs. Et puis, cela permet de varier les plaisirs !

 

Enceinte, peut-on continuer à courir ?

L’avis de l’expert, le docteur Catherine Ouziel-Duretz, médecin gynécologue obstétricienne

Vous pouvez courir les cinq premiers mois de grossesse, doucement, sur de la pelouse, et pas trop longtemps, sauf si vous avez pris trop de poids, si vous ressentez des tensions au niveau du ventre ou si vous présentez une pathologie de la grossesse (hypertension artérielle, décollement du placenta, col court…). Avant de vous lancer, prenez toujours l’avis de votre médecin. Quoi qu’il en soit, il est recommandé de continuer à bouger durant une grossesse pour votre santé et votre bien-être ainsi que ceux de l’enfant, et pour limiter la prise de poids. Les activités préconisées sont la marche, la natation, la gymnastique douce ou encore le yoga.

Témoignage de coureuse

« J’ai retrouvé la liberté que j’avais perdue. J’ai toujours aimé courir. J’ai fait du triathlon pendant mes années de lycée. J’ai recommencé à courir bien plus tard, après avoir eu mes enfants, pour arriver à cesser de fumer. Mais cette pratique était difficilement compatible avec mes petits en bas âge. Or, seule la régularité procure le plaisir. Grâce à une nounou, j’ai pu m’y remettre et je me suis inscrite à un club qui me permet de travailler la vitesse et de progresser. Avec mon mari, également coureur, j’ai rencontré toute une bande de traileurs. Depuis, je suis devenue accro aux courses en nature et j’ai l’impression de retrouver la liberté perdue. Cela me permet aussi de garder la ligne et de faire des écarts alimentaires sans trop de problème. Aujourd’hui, pour des questions de performance, je fais attention à ce que je mange. Quand on fait du sport, on a peut-être davantage envie de prendre soin de soi. Je me couche tôt et je récupère beaucoup mieux. Mon prochain défi ? Deux courses “nature” de 74 et 58 km avec 5 000 mètres de dénivelés dans ma région, en Alsace ! » Ève, 37 ans, Biblisheim

 

Extrait du livre
Mon cahier Running
Annie Casamayou (auteur) Retrouvez Annie Casamayou sur son blog, sur Facebook sur Twitter et sur Pinterest
Sophie Ruffieux
(illustrations intérieures)
Retrouvez Sophie Ruffieux sur son blog, sur Facebook et sur Instagram
Isabelle Maroger
(illustration couverture)
Retrouvez Isabelle Maroger sur son blog et sur Instagram

Vous aimerez aussi

Illustration de Djoïna Amrani
Je booste la forme de mon chat
December 11, 2017
Illustration de Djoïna Amrani
Test : Êtes-vous plutôt lionne, louve, ourse ou dauphin ?
December 07, 2017
Illustration de Sophie Ruffieux
Je cultive la pensée positive
December 01, 2017
Illustration de Mademoiselle Ève
Ma trousse aromatique d’hiver
November 27, 2017
Illustration de Mademoiselle Ève
Je déconnecte… enfin !
November 25, 2017
Illustration d'Axuride
Le b.a.-ba de la nutrition
November 21, 2017
Illustration de Mademoiselle Eve
La méditation et moi
November 16, 2017
Illustration de Mademoiselle Ève
Les règles d’or pour éviter de grignoter
November 14, 2017
Illustration de Djoïna Amrani
Contre le stress : je passe au lâcher-prise
November 09, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *