L’autocompassion : mon rempart antistress


Illustration de Djoïna Amrani

Illustration de Djoïna Amrani

Avez-vous déjà reçu un compliment de la part de quelqu’un en pensant très secrètement « il a dit ça pour me faire plaisir », ou encore « si seulement il me connaissait vraiment, il ne dirait pas ça » ? Si vous avez déjà eu ce type de pensée, alors considérez que vous avez des pensées automatiques déformées… Bref, vous faites des suppositions sur les motivations des autres, sans avoir une quelconque preuve de ce que vous avancez. Comment pouvez-vous savoir réellement ce que la personne voulait dire ? Rassurez-vous, cela peut être revu et corrigé !  

 

J’apprends à être indulgente avec moi-même

L’autocompassion est la volonté de regarder ses erreurs et fautes avec indulgence et compréhension. C’est accepter que l’erreur soit humaine. L’autocompassion, loin de prôner la passivité, pousse à agir pour améliorer la situation, en évitant la couche de reproches qui suivent en général nos échecs et nos erreurs. Elle nous détourne du stress car elle nous éloigne de ce désir irréaliste de perfection qui génère tant de frustrations et de souffrances. Notre société étant très compétitive, il est difficile de laisser un peu de marge à cette compassion qui pourrait, pourtant, nous épargner tant de stress !

 

Test : Est-ce que je sais pratiquer l’autocompassion ?

Posez-vous les questions suivantes :

 

1. Avez-vous l’habitude de vous juger (apparence, carrière, relations…) ?

Illustration de Djoïna Amrani

Illustration de Djoïna Amrani

Oui  Non

 

2. Utilisez-vous un langage dépréciatif envers vous-même lorsque vous faites des erreurs (insultes, mimiques, mépris, haine, colère…) ?

 Oui  Non

 

3. Lorsque vous remarquez une chose que vous n’aimez pas en vous, avez-vous tendance à vous couper des autres ?

 Oui  Non

 

4. Vous sentez-vous plus découragée et déprimée à force d’être dure avec vous-même (au lieu d’être encourageante pour vous motiver) ?

Oui  Non

 

5. Avez-vous peur de vous accepter telle que vous êtes (au lieu de vous offrir du réconfort, de l’espoir) ?

 Oui Non

 

6. Lorsque vous vous mesurez à des défis, vous maltraitez-vous jusqu’à décrocher la victoire (au lieu de prendre soin de vous et de vous réconforter) ?

 Oui  Non

Illustration de Djoïna Amrani

Illustration de Djoïna Amrani

 

7. Avez-vous tendance à croire que les autres s’en sortent mieux que vous (au lieu de prendre conscience que tous les êtres humains ont des difficultés) ?

 Oui  Non

 

8. Avez-vous tendance à juger vos émotions ou vos pensées comme étant mauvaises ou bizarres ?

Oui  Non

Résultats

Illustration de Djoïna Amrani

Illustration de Djoïna Amrani

Vous avez répondu « non » à toutes les questions : Bravo ! Vous construisez un dialogue positif avec vous-même. Vous vous valorisez, vous vous encouragez, et cela vous permet d’être plus bienveillante et de vivre autrement les moments positifs comme négatifs. Continuez à pratiquer l’autocompassion, cela vous aidera dans votre parcours zen.

Vous avez répondu « oui » à au moins une question : Vous avez parfois des mots durs envers vous-même, vous vous reprochez vos erreurs et vos échecs avec beaucoup de fermeté. En avez-vous pris conscience pendant ce test ? Voyez-vous comme cela vous nuit ? Réconfortez-vous : une autre voie existe. Celle de l’autocompassion. Il est possible, grâce à elle, d’attendrir notre cœur et d’ouvrir la porte à un bien-être durable. Pratiquez l’exercice suivant jusqu’à l’overdose !

 

Mon exercice d’autocompassion

Pensez à un ami imaginaire, inconditionnellement aimant, doux, tendre, compatissant et tolérant. Il peut lire en vous comme dans un livre ouvert, il voit toutes vos forces et toutes vos faiblesses. Dans sa grande sagesse, cet ami comprend votre histoire et les millions de choses qui se sont passées dans votre vie pour créer l’être que vous êtes aujourd’hui. Il reconnaît les limites de la nature humaine, et est tendre vis-à-vis de vous.

Illustration de Djoïna Amrani

Illustration de Djoïna Amrani

 

1. Réfléchissez à ce que cet ami peut ressentir pour vous, et à quel point vous êtes acceptée et aimée pour ce que vous êtes, telle que vous êtes, avec toutes vos petites imperfections d’être humain.

2. À présent, écrivez-vous une lettre en vous mettant dans la peau de cet ami, en vous centrant sur votre intransigeance envers vous-même. Que dirait cet ami de vous, avec sa capacité illimitée à ressentir de la compassion ? Que penserait-il du traitement que vous vous infligez parfois ?

 

 

 

Extrait du livre Mon cahier Anti-stress Mon Cahier Anti-stress
Silvia André (auteur)
Djoïna Amrani
(illustrations intérieures)
Retrouvez Djoïna Amrani sur son blog, sur Facebook et sur Instagram
Isabelle Maroger
(illustration couverture)
Retrouvez Isabelle Maroger sur son blog et sur Instagram

Vous aimerez aussi

La méditation me transforme ! La preuve par les neurosciences
August 29, 2018
Trucs et astuces pour baisser l’IG de vos repas
August 23, 2018
Mon chat, moi et nos quiproquos
August 16, 2018
5 idées reçues sur le sucre à balayer d’urgence !
August 10, 2018
Je plonge dans le vert !
August 02, 2018
Le maquillage de plage
July 25, 2018
500
Est-ce que je m’entraîne efficacement ?
July 10, 2018
Un rêve éveillé : la visualisation pour être zen
July 06, 2018
500
Mes astuces anti-grignotage
July 03, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.