Les avantages de l’alimentation végétarienne


Le fait de « bien manger » prend une part de plus en plus importante dans nos vies. Les nombreux exemples de crises sanitaires liées à la viande (veau aux hormones, vache folle, grippe aviaire…) ou de duperies des consommateurs sur le contenu réel de plats cuisinés révélées dans les médias, nous poussent à revenir aux basiques et au fait maison, bien meilleurs au goût et, au final, moins chers et « sécurisants » !

Une alimentation végétarienne présente de nombreux bénéfices dans des domaines très variés : santé, écologie, économie, éthique… En voici les 10 grands commandements, détaillés à travers la « charte » du végétarien heureux…

1 – Ta vie tu prolongeras !

Illustration d'Isabelle Maroger

Illustration d’Isabelle Maroger

Depuis plus de trente ans, des études sont réalisées pour trouver une corrélation entre alimentation végétarienne et espérance de vie. Et les résultats de ces études vont tous dans le même sens : les végétariens vivent effectivement plus longtemps que les mangeurs de viande ! Cette longévité est facile à comprendre : les végétariens sont moins sujets aux cancers, au surpoids, aux maladies cardiaques et au diabète de type 2, grâce aux bienfaits des aliments courants de la cuisine végétarienne : fruits, légumes, oléagineux, légumineuses et céréales complètes, entre autres…

 

Il faut aussi noter que les végétariens ont, en général, un mode de vie plus sain et font plus de sport, ce qui favorise le phénomène de longévité. À bon entendeur…

2 – Les maladies cardio-vasculaires et le cholestérol tu diminueras

Le cholestérol étant une graisse animale, en éliminant la viande de votre assiette, vous diminuez l’apport de graisse néfaste à l’organisme et surtout au système cardio-vasculaire. Pour rappel, le mauvais cholestérol, ingéré en trop grande quantité, est responsable de la formation de plaques d’athérome qui finissent par obstruer une ou plusieurs artères. Il est d’ailleurs important dans une alimentation végétarienne de ne pas remplacer systématiquement la viande par des œufs et du fromage, deux aliments riches en mauvais cholestérol, au risque de voir son taux de cholestérol augmenter !

Ces conseils ont un rôle informatif mais ils ne doivent pas se substituer à un éventuel traitement médicamenteux prescrit par votre médecin.
Illustration d'Isabelle Maroger

Illustration d’Isabelle Maroger

Autre facteur de risque d’apparition des maladies cardio-vasculaires : les acides gras saturés. On les retrouve en grande quantité dans les aliments d’origine animale, mais également dans de nombreux produits industriels. Une personne qui élimine la viande de son assiette et qui transforme elle-même ses aliments présente donc moins de risques de développer une maladie cardio-vasculaire ou un accident vasculaire.

Quant à l’hypertension artérielle, ce n’est pas pour rien que votre médecin vous conseille de diminuer la viande et d’augmenter la portion de fruits et de légumes dans vos menus. Rappelez-vous d’Hippocrate : « Fais de l’alimentation ton premier médicament ! »

 

3 – Ton transit et ta digestion tu amélioreras

Illustration d'Isabelle Maroger

Illustration d’Isabelle Maroger

Manger végétarien, c’est manger plus de fruits, de légumes, de légumineuses et de céréales complètes. Ces aliments étant très riches en fibres, la digestion est ainsi plus facile et le transit plus régulier. Autre intérêt notable : les fibres présentent également l’avantage de retarder la sensation de faim, et donc le grignotage !

 

 

D’autres facteurs sont nécessaires à un bon transit : boire suffisamment d’eau et avoir une activité physique régulière, même légère. Les plus sédentaires d’entre vous pourront commencer par un peu de marche chaque jour…
Illustration d'Isabelle Maroger

Illustration d’Isabelle Maroger

4 – Des cancers tu t’éloigneras

Il est prouvé que l’un des facteurs de risque de certains cancers provient d’une mauvaise alimentation. Par exemple, la consommation excessive de viande rouge et de charcuterie augmente le risque de cancer du côlon et du rectum.

Illustration d'Isabelle Maroger

Illustration d’Isabelle Maroger

À l’inverse, l’étude SU.VI.MAX a permis de corréler l’ingestion de facteurs protecteurs des cancers, les antioxydants, et la diminution de la fréquence des cancers. Cette étude française a porté sur 13 000 personnes pendant huit ans. Il s’agissait de donner à des adultes une supplémentation journalière en vitamines antioxydantes (vitamines C, E et A) et en minéraux antioxydants (sélénium et zinc). Cette prise journalière a permis de réduire le taux de certains cancers. Or, ces antioxydants étant surtout présents dans les aliments d’origine végétale, une alimentation végétarienne permet donc de prévenir les risques de cancer de l’œsophage, de l’estomac et du larynx.

C’est grâce à la conclusion de l’étude SU.VI.MAX que le message de santé public « Mangez au moins 5 fruits et légumes par jour » est apparu.
Dans certains pays où la nourriture à dominance végétale est consommée depuis toujours, l’arrivée d’une alimentation occidentale riche en viande a tendance à provoquer une augmentation des cancers parmi la population. Ainsi, au Japon ou encore en Inde, l’implantation d’une alimentation de type occidentale riche en viande fait augmenter le taux de cancers colorectaux.

5 – Le diabète de type 2 tu éviteras

Les facteurs de risque, entre autres, de ce diabète sont le surplus de poids, une alimentation riche en mauvaises graisses et l’hypertension artérielle. En choisissant une alimentation plus végétarienne, vous améliorerez votre tension artérielle et vous diminuerez la quantité de mauvaises graisses dans votre assiette… Ce type d’alimentation aura également un impact positif dans la prévention du diabète de type 2 en régulant votre poids. En effet, la viande contient beaucoup de calories ! En limitant votre consommation de viande, vous diminuerez donc vos apports en calories inutiles…

Illustration d'Isabelle Maroger

Illustration d’Isabelle Maroger

Petit bémol quand même : en tant que diététicienne, je dois vous rappeler que, si vous ne mangez pas de façon équilibrée, que vous soyez végétarien ou non, vous risquez une prise de poids, même si celle-ci sera plus importante dans le cadre d’une alimentation carnassière… Les personnes qui ont réussi à maigrir en passant à une alimentation végétarienne ont d’abord sélectionné ce qu’elles mettaient dans leur assiette. L’apport de fibres et l’absence des mauvaises graisses d’origine animale se sont chargés du reste… D’où l’intérêt de manger « veggie ET équilibré »… C’est le but de ce cahier !

Avis à tous les gros mangeurs : à calories égales, un repas sans viande sera bien plus volumineux qu’un repas composé avec…

6 – Les animaux tu protégeras

La surconsommation actuelle de viande et de poisson oblige à créer des mécanismes d’élevage et d’abattage de plus en plus intensifs, où l’animal quitte le domaine du vivant pour devenir un pur produit de consommation. Il est loin le temps où les cochons vivaient tranquillement au milieu des habitants de la ferme avant de devenir des saucisses !

Illustration d'Isabelle Maroger

Illustration d’Isabelle Maroger

On ne peut pas rester de marbre face aux images montrant la réalité de l’élevage intensif ou le fonctionnement des abattoirs. Sans compter que l’on comprend mieux les risques sanitaires qu’entraîne cette surproduction industrialisée ! Le but ici n’est pas de bouleverser ses habitudes du jour au lendemain, mais une prise de conscience s’impose… Pour ceux qui ne peuvent se passer de viande : et si vous en consommiez de façon raisonnée, en la commandant chez un petit producteur local ? C’est un bon moyen de vous assurer de la qualité de vos produits. Pour une question de budget et de logistique, pensez aussi à la congeler ! Veillez également à choisir un producteur qui a une démarche écologique et éthique envers les animaux. Certains producteurs préfèrent avoir moins de profit mais voir leurs bêtes gambader dans les prés ! D’ailleurs, pourquoi ne pas aller visiter en famille l’exploitation de ce petit producteur pour respirer l’air de la campagne ?

 

7 – La pollution tu diminueras

L’élevage pollue, c’est un fait : selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), c’est l’un des premiers responsables des problèmes environnementaux et des émissions de gaz à effet de serre. À cela s’ajoute la pollution des eaux liée aux déchets d’animaux contenant des antibiotiques et des hormones.

Côté poisson, c’est la même chose ! La surpêche pollue et dégrade les océans. Certaines espèces surexploitées sont en voie de disparition, car elles n’ont pas le temps de se renouveler. L’utilisation de filets de pêche de plus en plus « performants » dégrade les écosystèmes nécessaires au bon équilibre des océans. Et pour répondre au déclin des espèces, l’élevage des poissons et la pisciculture s’intensifient… eux aussi ! Ils ne représentent pas la solution au problème : ces élevages dégradent fortement l’environnement avoisinant, et l’utilisation de produits chimiques et d’antibiotiques pollue l’eau, tout autant que le consommateur !

Illustration d'Isabelle Maroger

Illustration d’Isabelle Maroger

 

Rappelez-vous le phénomène de prolifération des algues vertes en Bretagne, associée à l’augmentation en nitrates des eaux due à l’élevage intensif. Il ne s’agit évidemment pas de démanteler la filière bretonne d’élevage, mais de faire en sorte que chacun, à son niveau, évite de manger au cours d’un même repas du saucisson à l’apéro, du pâté de tête en entrée et un rôti de bœuf en plat principal !

8 – L’eau de la planète tu économiseras

L’élevage intensif entraîne aussi une utilisation massive des ressources en eau. La fabrication d’un kilo de viande nécessite 13 000 litres d’eau ! Par comparaison, la culture d’un kilo de soja en demande 900 litres. N’est-il pas plus simple de consommer soi-même le soja plutôt que d’en nourrir un bœuf que l’on va ensuite manger ? Et si on arrêtait de jouer aux Shadoks ?

De ce point de vue, il est plus intéressant de consommer des aliments bio afin de ne pas polluer l’eau par des pesticides ou des engrais utilisés dans l’agriculture intensive traditionnelle.

9 – La déforestation tu limiteras

La surconsommation de viande nécessite de développer des terres d’élevage ou de culture des céréales nécessaires à l’alimentation du bétail. Or, la terre n’est pas élastique ! Pour développer les surfaces de terre cultivable, l’homme rase maintenant les forêts, les poumons de notre planète !

 

10 – Des économies tu feras

Pour finir de vous convaincre, voici un dernier argument qui touche à votre portefeuille… Tout est relatif et dépend du contenu de votre Caddie habituel mais, globalement, se nourrir de façon saine, équilibrée et végétarienne ne se fera pas au détriment d’autres dépenses. Pour preuve, le prix de la viande et du poisson : leur coût augmente de plus en plus, et ces produits commencent à peser lourd dans le budget des ménages. Certaines personnes se tournent donc vers des produits transformés à base de viande, au détriment de leur équilibre alimentaire et de leur santé, car ces préparations sont riches en acides gras saturés (les mauvais) et en sel. Par ailleurs, ils ne procurent que peu de satiété.

Illustration d'Isabelle Maroger

Illustration d’Isabelle Maroger

Jetez plutôt un coup d’œil aux céréales et légumineuses, ingrédients typiques de l’alimentation végétarienne et équilibrée : leur prix défie toute concurrence ! On en trouve même en conserve, prêts à être consommés ! Autre avantage : leur date de péremption. Vous pouvez stocker des céréales ou des légumineuses pendant plusieurs mois, et donc en acheter en grande quantité pour réduire les coûts. Quant au tofu, au seitan et autres tempehs, excellents substituts à la viande, ils coûtent moins cher au kilo que la viande, comparativement à la quantité nécessaire pour faire une assiette équilibrée.

Par contre, si vous consommez toujours des produits transformés (steaks de soja ou autres), vous verrez le prix de vos courses augmenter ! Il vous sera toujours utile d’avoir dans vos placards un steak de soja lorsque vous serez pressé, mais vous éviterez de faire de ces produits la base de votre alimentation végétarienne. Vous verrez vite qu’en cuisinant un peu, vous réduirez le coût de votre panier.

Illustration d'Isabelle Maroger

Illustration d’Isabelle Maroger

Côté fruits et légumes, eux aussi sont touchés de plein fouet par l’augmentation des prix. Pour réduire les coûts, il est préférable de les consommer de saison ou alors surgelés. N’hésitez pas à rechercher près de chez vous un producteur qui vend « à la ferme », c’est souvent moins cher. Et n’oubliez pas qu’un investissement sur votre santé n’a pas de prix !

Une pomme coûte évidemment moins cher qu’un paquet de gâteaux…

 

 

 

Illustration d'Isabelle Maroger

Illustration d’Isabelle Maroger

Extrait du livre
Mon cahier Veggie
Hélène Defretin (auteur) Retrouvez Hélène Defretin sur son site
Isabelle Maroger (illustrations) Retrouvez Isabelle Maroger sur son blog et sur Instagram

Vous aimerez aussi

Illustration de Mademoiselle Eve
La méditation et moi
November 16, 2017
Illustration de Mademoiselle Ève
Les règles d’or pour éviter de grignoter
November 14, 2017
Illustration de Djoïna Amrani
Contre le stress : je passe au lâcher-prise
November 09, 2017
Illustration de Sophie Ruffieux
Test : le Pilates est-il fait pour moi ?
November 06, 2017
Illustration d'Isabelle Maroger
Abécédaire d’un congé maternité réussi
November 02, 2017
Illustration de Djoïna Amrani
Le hygge en automne
October 26, 2017
Illustration de Sophie Ruffieux
Mon challenge body : 10 exercices pour transformer ma silhouette
October 23, 2017
Illustration de Mademoiselle Eve
Comment devenir une pro de l’organisation
October 19, 2017
Illustration de Djoïna Amrani
Ma beauté chinoise
October 16, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *